Qui des hommes ou des femmes sont les plus compétents pour gérer une entreprise ?

Je viens de lire cet article intéressant sur Trends-Tendances.behttps://trends.levif.be/economie/le-regne-des-hommes-incompetents/article-normal-1221269.html.

 

Voici ce que le journaliste, Xavier Beghin, y écrit :

 

"Dans un livre où la provocation n'est pas là où on l'attend, Tomas Chamorro-Premuzic, docteur en psychologie, professeur à Columbia et "chief talent scientist" du groupe Manpower, s'attache à démontrer, études à l'appui, qu'un système, défavorable aux femmes, conduit les entreprises à récompenser l'arrogance et le show aux dépens de l'humilité et de la sagesse. 

Dans un livre où la provocation n'est pas là où on l'attend, Tomas Chamorro-Premuzic, docteur en psychologie, professeur à Columbia et "chief talent scientist" du groupe Manpower, s'attache à démontrer, études à l'appui, qu'un système, défavorable aux femmes, conduit les entreprises à récompenser l'arrogance et le show aux dépens de l'humilité et de la sagesse. "

 

Il me parait intéressant de relayer l'éclairage supplémentaire d'un professeur émérite de l'UCL, Xavier Roegiers, spécialisé dans l'évaluation des hashtagcompétences. Voici :

"Globalement, je trouve cet article (et l'ouvrage) très fondé. Mais il existe aujourd'hui de tout nouveaux outils qui permettent de mesurer plusieurs centaines de caractéristiques émotionnelles. Elles sont issues d'une recherche d'une dizaine d'années, avec une base de données de 23 000 personnes, de 14 pays (3 continents). Les questionnaires sont appelés "QCX". Il s'agit d'un outil qui  permet de mieux cerner les potentialités réelles de chacun.

Il montre, notamment : - que, en fermes de compétence, la femme possède un avantage de 4,5% sur l'homme ; ce qui rejoint l'ouvrage de Tomas Chamorro-Premuzic ; - que, globalement, il n'existe pas de différence significative entre le potentiel cognitif de l'homme et celui de la femme (même si ce potentiel est différent selon les genres) ; - que, même si le potentiel émotionnel de la femme et de l'homme sont différents, (ce qui rejoint l'ouvrage de Tomas Chamorro-Premuzic), on ne peut pas affirmer que, globalement, le potentiel de l'homme soit supérieur à celui de la femme, ni que celui de la femme soit supérieur à celui de l'homme (ce qui ne rejoint pas l'ouvrage de Tomas Chamorro-Premuzic). Finalement, d'où viendrait cet avantage de 4,5% de la femme sur l'homme, en termes de compétence ? Il serait lié à une meilleure faculté, chez la femme, d'articuler le cognitif et l'émotionnel. Pour sa part, l'homme a plutôt tendance à cloisonner le cognitif et l'émotionnel."

 

 

Voir www.qcx.be."

 

Xavier Roegiers, 
Professeur émérite de l'UCL / Hallisse scrl
(voir le site qcx.be)
Références
Roegiers, X. (2017). De la connaissance à la compétence. Bern : Peter Lang
Roegiers, X. (2018). From Knowledge to Competency. Bern : Peter Lang 

Écrire commentaire

Commentaires: 0